Explorateur de nature
voyages-en Bolivie-sur-mesure Demandez un devis ► Voyages     selon vos Envies Antipode au PérouTiwanaku - Le temple de KalasasayaBolivie 360°
Flamangs roses au lac Cañapalac Cañapalac CañapaFlamangs roses au lac CañapaFlamangs roses au lac CañapaFlamangs roses au lac Cañapalac CañapaFlamangs roses au lac Cañapalac Cañapa
laguna Cañapa
Carte interactive de Bolivie
Carte interactive de Bolivie
Galeries de photosGaleries de photosVoyage au Salar d'Uyuni et aux déserts du LipezVoyage au Salar d'Uyuni et aux déserts du Lipez
Spécificité de faune et de la flore bolivienne

Spécificité de faune et de la flore bolivienne

La Bolivie possède une biodiversité exceptionnelle, dont la préservation est d’une importance cruciale. La grande diversité de zones géographiques et de climats, et la faible densité de population a favorisé l’apparition de nombreuses espèces animales et végétales.

Certaines zones abritent des espèces uniques au monde, et typiques de leur région. Cependant, certaines sont aujourd’hui en danger de disparition : les modifications de l’écosystème provoquées par l’activité de l’homme ont en effet menacé de nombreuses espèces, parmi lesquelles 16 de reptiles et 13 de mammifères.

L’enjeu est donc de taille pour protéger ces espèces amenées à disparaitre si aucune mesure n’est prise pour l’éviter. Un vrai défi politique et éducatif pour un pays où le développement économique est souvent perçu comme une priorité par rapport à une vraie protection de l’écologie. 

Etant donné l’incroyable diversité climatique selon les régions, voici quelques spécificités de la faune et de la flore bolivienne par région : 

Dans l’Altiplano, les fameux lamas (en espagnol llama, prononcez ‘’i-ama’’) sont les plus distinctifs de la région. Animaux vénérés par les Incas et les chefs aymaras, offrande préférée de la Pachamama lors de cérémonies et de rituels, il est bien difficile d’en trouver à l’état sauvage aujourd’hui. Tous ont été domestiqués, pour produire de la laine, du lait, pour porter des bagages en cas de voyages, pour sa viande vendue très chère, bref, le lama, pour sa résistance aux conditions extrêmes de l’Altiplano (froid, vent, manque de nourriture diversifiée, etc.) est la bête de somme idéale.

Contrairement à ce que vous racontera le Capitaine Hadock, il ne crache presque pas non plus. Il ne faut pas le confondre avec l’alpaca, dont le poil est plus long et le museau plus écrasé. Autre animal similaire, la vigogne (vigoña en espagnol) est en voie de disparition : sa toison bouclée vaut extrêmement cher, et elle n’a jamais été domestiquée (d’où la diminution vertigineuse du nombre de leur population).

L’inoubliable condor habite encore les grottes reculées des hauts sommets et survole les plateaux ; c’est le rapace le plus lourd du monde ! Son envergure peut atteindre les 3m de diamètre, et ses puissantes griffes emportent jusqu’à 20 kg.

Dans les déserts de sel d’Uyuni et de sa région en particulier, mais aussi dans tout l’Altiplano, un lapin à longue queue appelé la viscacha se cache sous les rochers. Des traces de puma auraient été découvertes, mais leur existence à l’état sauvage reste encore à prouver. Certaines espèces natives des Andes sont aujourd’hui en voie d’extinction : le renard, le cerf des Andes appelé taruka, le singe titi…

Au niveau de la végétation, le froid extrême ne laisse rien pousser d’autre que des plantes sèches, lentes à devenir adulte, et difficile à brûler. On trouve la queña, ou quenua, arbre nain des hauteurs. Pour le bonheur des habitants des hauts plateaux, on trouve aussi la yareta. Cette espèce de mousse pousse sur les  pierres ; elle est aussi dure que de la roche du fait de sa saturation en sève, et pousse de façon concentrique pendant des centaines d’années. Cette mousse peut être arrachée de son socle, et est un excellent combustible pour se chauffer pendant les longues nuits d’hiver au froid qui brûle les joues.

En descendant des hauts plateaux, l’animal le plus répandu et le plus typique est le ñandu : cette petite autruche sauvage d’Amérique du Sud peuple les versants de la Cordillère, surtout dans le parc naturel du Sajama, et jusqu’aux étendues plates des bas plateaux du sud ouest. Dans le sud, les flamants font leur apparition. La végétation est caractérisée par des cactus comme le Puya Raimondi, des arbustes épineux, etc. 

Enfin, l’Amazonie est la reine en ce qui concerne la concentration de diversité de la faune et de la flore. On ne pourrait pas citer tous les animaux rares et étranges qu’abrite cette forêt primaire ; voici cependant quelques exemples : caïmans et petits alligators, jaguars, perroquets, anacondas et autres serpents gigantesques, loutres géantes, fourmiliers, tapirs, tortues, singes à foison, pécari…

Dans les plaines du Chaco, au sud ouest, on trouve des guanacos. De même que pour la faune, la flore amazonienne est époustouflante de diversité ; on y trouve des plantes carnivores, des arbres immenses, des fleurs aux couleurs inconnues et invraisemblables…