Explorateur de nature
voyages-en Bolivie-sur-mesure Demandez un devis ► Voyages     selon vos Envies Antipode au PérouCurahuara de Carangas - L'autelBolivie 360°
Eglise de ConcepciónDans les rues de ConcepciónEglise de ConcepciónEglise de ConcepciónEglise de ConcepciónEglise de ConcepciónDans les rues de ConcepciónEglise de ConcepciónEglise de Concepción
Concepción
Carte interactive de Bolivie
Carte interactive de Bolivie
Galeries de photosGaleries de photosVoyage au Salar d'Uyuni et aux déserts du LipezVoyage au Salar d'Uyuni et aux déserts du Lipez
Littérature bolivienne

Littérature bolivienne

L’histoire de la littérature bolivienne a été marquée avant tout par le contexte social et politique et les différents événements qui ont marqué l’histoire du pays.

Dès le XIXe siècle, les poètes modernistes laissent un riche héritage à ce jeune pays. Parmi les noms à retenir, on peut citer Franz Tamayo, Gregorio Reynolds ou encore Ricardo Jaimes Freyre.

Certains recueils sont d’ailleurs disponibles en français. Au XXe siècle, les écrits se font de plus en plus politiques ; les écrivains Oscar Cerruto (Torrent de feu en 1935) et Augusto Cespedes (Le Puits en 1936) racontent la guerre du Charco, et après la mort du Che Guevara en 1967, des œuvres comme Los Fundadores del Alba de Renato Prada Oropeza, carrément orientées politiquement, commencent à voir le jour.

Mais avec les dictatures des années 1970/1980, les auteurs subversifs se voient largement réduits au silence, et toute la production littéraire est bridée par le pouvoir politique. 

Depuis la fin des années 1960, les écrits boliviens relèvent donc plus de la fiction qu’autre chose. De plus, à partir du début du XXe siècle, les écrivains se tournent de plus en plus vers un public indigène : on peut entre autres citer La misk’isimi (en quechua, « lèvres douces »), d’Adolfa Costa du Rels.

Mais la littérature bolivienne a véritablement gagné ses lettres de noblesse avec Yolanda Bedregal. Cette poétesse, romancière et sculpteuse a aussi écrit des comptes, et a produit plus de 16 livres, entre poésie, romans, anthologies, sans compter les nombreuses publications de comptes pour enfants et autres mythes et folklores des cultures aymara et quechua.

Mondialement reconnue avec l’attribution de plusieurs distinctions internationales, elle reçu par exemple, le titre de Dame d’Amérique par le Conseil National des Droits de la Femme, au Mexique, et fut appelée la « Yolanda d’Amérique » par la société des auteurs argentins.