Explorateur de nature
voyages-en Bolivie-sur-mesure Demandez un devis ► Voyages     selon vos Envies Antipode au PérouL'arbre de pierreBolivie 360°
Visite de Cerro RicoVisite de Cerro RicoMines de Cerro RicoMines de Cerro RicoMines de Cerro RicoMines de Cerro RicoMines de Cerro RicoMines de Cerro RicoMines de Cerro Rico
Mines de Potosi
Carte interactive de Bolivie
Carte interactive de Bolivie
Galeries de photosGaleries de photosVoyage au Salar d'Uyuni et aux déserts du LipezVoyage au Salar d'Uyuni et aux déserts du Lipez
Histoire de la Bolivie : Guerres et coups d’état du 20ème siècle

Histoire de la Bolivie : Guerres et coups d’état du 20ème siècle

Une série de guerres pour des territoires s’en suivirent.

Le pays perd son accès à la mer et des zones riches en cuivre et en nitrates pendant la guerre dite du Pacifique contre le Chili entre 1879 et 1884. L’Argentine récupère des territoires en 1862 et en 1883. Une partie de l’Amazonie riche en caoutchouc est annexée par la force par le Brésil en 1903.

La guerre du Chaco contre le Paraguay éclate en 1932, et la Bolivie perd des territoires pétrolifères, et toute une partie de sa jeunesse masculine.

Exsangue, le pays tente de se rétablir économiquement pendant toute cette période, et décide de s’ouvrir aux investisseurs étrangers. Son histoire économique est rythmée par l’évolution du prix des minerais, en particulier l’étain, surnommé le « Métal du Diable ».  Des rébellions régulières des indiens entraînent l’arrivée au pouvoir de gouvernements militaires. 

En 1952, commence la révolution Bolivienne. Le soulèvement des mineurs et des ouvriers industriels renverse le gouvernement, les mines sont nationalisées, l’éducation est proclamée gratuite et le suffrage universel.

En 1953, les paysans occupent les terres, et une réforme agraire commence. Mais le Mouvement National Révolutionnaire (MNR), parti au pouvoir pendant 12 ans à la suite de ces révolutions, devient de plus en plus autoritaire, et les troubles sociaux s’accumulent.

Le pouvoir tombe aux mains des militaires en 1964. Les coups d’Etat se succèdent. En 1967, Ernesto Che Guevara entre clandestinement en Bolivie et monte l’Armée de Libération Nationale (ELM), mais ses tentatives de contact avec la population locale n’aboutissent à rien, tant elle est bâillonnée par la dictature militaire. Il est rapidement trahi par le PC bolivien, est capturé et exécuté en octobre 1967. 

C’est une période houleuse pour la Bolivie, entre dictatures militaires, élections truquées, violations massives des droits de l’homme, une inflation non maîtrisée, une corruption au-delà de toutes limites, et les trafiquants de drogues à la tête du pays…

La démocratie fait une timide poussée en 1982, sous la pression internationale et celle d’une population qui n’avait plus rien à perdre.

Mais cette avancée démocratique arrive au moment de la crise économique qui engloutit tout le continent latino-américain (à la suite de la crise mexicaine), avec des plans d’ajustement fiscaux et des privatisations qui aboutirent à des licenciements massifs (30 000 mineurs sont sans emploi du jour au lendemain) ; l’inflation atteint les 23 000% en 1985 ; la récession est grave.

C’est grâce à l’économie de la drogue que le pays gardera la tête hors de l’eau. Le modèle néolibéral qui est proposé pour sauver la Bolivie se révèle être un échec cuisant.