Explorateur de nature
voyages-en Bolivie-sur-mesure Demandez un devis ► Voyages     selon vos Envies Antipode au PérouTiwanaku - Le temple de KalasasayaBolivie 360°
Flamangs roses au lac Cañapalac Cañapalac Cañapalac Cañapalac CañapaFlamangs roses au lac CañapaFlamangs roses au lac CañapaFlamangs roses au lac CañapaFlamangs roses au lac Cañapa
laguna Cañapa
Carte interactive de Bolivie
Carte interactive de Bolivie
Galeries de photosGaleries de photosVoyage au Salar d'Uyuni et aux déserts du LipezVoyage au Salar d'Uyuni et aux déserts du Lipez
Histoire de la Bolivie : conquête espagnole

Histoire de la Bolivie : conquête espagnole

En 1534, Fransisco Pizarro arrive à Cusco. Effrayé par les rumeurs et présages qui circulaient, Atahualpa fait assassiner l’empereur légitime, affaiblissant psychologiquement l’autorité et la hiérarchie de l’empire Inca.

Avec ses 137 hommes, Pizarro prend le contrôle de l’empire, fait emprisonner et exécuter Atahualpa, et s’empare des terres et des richesses incas. S’en suit une période de massacres et d’esclavagisme massif des populations locales.

Huit millions de personnes moururent de froid, de faim, de maladies apportées d’Europe (variole, typhus, etc.), et de travail forcé, en particulier dans les mines de Potosí.

En effet, en 1544, Diego Huallpa découvre un filon d’argent dans la région ; cette découverte entraîne bientôt une ruée vers l’or (ou plutôt vers l’argent), et Potosí devient rapidement la plus grande ville du continent.

Pendant près de deux siècles, l’exploitation des mines d’argent a été ininterrompue ; les richesses extraites prenaient la route du vieux continent, maintenant les efforts de guerre de l’Espagne avec les autres pays européens et la vie de luxe extravagante de la monarchie espagnole.

Pendant ce temps, des milliers d’esclaves africains ou indiens mourraient dans les mines, d’accident ou de fatigue, dans le processus de purification de l’argent par le mercure, etc. Les colons espagnols s’approprièrent toutes les terres, utilisant les populations locales pour les travailler et ne leur laissant que le strict minimum pour assurer leur survie. 

En parallèle à l’exploitation militaire et coloniale, l’arrivée de missionnaires chrétiens parachève la décapitation de l’ordre et de la culture inca. La tyrannie des curés serre ses griffes sur la vie des indiens, qui sont obligés d’assister à la messe, ne peuvent rien fêter sans l’autorisation du curé, et sont constamment surveillés pour maintenir les bonnes mœurs, l’ordre et la morale ; commence alors un lavage de cerveau intensif à une population déjà épuisée et asphyxiée par l’exploitation des colons.

La désorganisation sociale se couple d’une perte d’identité, de croyances, de cohérence de conception du monde.