Explorateur de nature
voyages-en Bolivie-sur-mesure Demandez un devis ► Voyages     selon vos Envies Antipode au PérouL'ile d’IncahuasiBolivie 360°
Détroit de TiquinaDétroit de TiquinaDétroit de TiquinaSur le bac au détroit de TiquinaBac au détroit de TiquinaDétroit de TiquinaBac au détroit de TiquinaBac au détroit de TiquinaSur le bac au détroit de Tiquina
Détroit de Tiquina
Carte interactive de Bolivie
Carte interactive de Bolivie
Galeries de photosGaleries de photosVoyage au Salar d'Uyuni et aux déserts du LipezVoyage au Salar d'Uyuni et aux déserts du Lipez
Evo Morales (1er président « indigène » de Bolivie)

Evo Morales (1er président « indigène » de Bolivie)

Ses origines indigènes ont suscité une immense vague d’espoir en des changements et des réformes parmi les populations aymara et quechua lors de son ascension au pouvoir en 2005, où il est élu avec plus de 50% des voix.

En effet, Evo Morales Ayma est, dans les années 1990, un représentant des cocaleros, fervent défenseur de l’indépendance vis-à-vis des Etats-Unis, et contestataire de l’ordre en place. Sa proximité avec le terrain et, sans aucun doute, son aspect physique avec lequel s’identifie l’immense majorité de la population indigène, l’ont propulsé, un peu à sa propre surprise, à la tête de l’Etat.

Le programme politique qui a permis à Evo Morales d’accéder à la présidence s’est axé principalement sur le secteur énergétique (nationalisations, hausse radicale de la taxe sur les exploitations d’hydrocarbures, etc.), sur l’égale répartition des richesses du pays (hausse du salaire minimum entre autre), sur la revalorisation des cultures subnationales (peu après sa nomination comme président, il a aussi reçu le titre de Apu Mallku, chef suprême des Indiens des Andes, au cours d’une cérémonie traditionnelle andine), et sur une politique extérieure qui se veut volontairement de gauche (relations étroites avec Chavez au Venezuela, Correa en Equateur, Castro à Cuba).

Cependant, son arrivée au pouvoir ne s’est pas faite sans soubresauts. D’abord, parce que la population des plaines, et surtout de Santa Cruz, est exaspérée par cet ‘’indio’’ considéré comme peu apte à gérer les affaires du pays et perçu comme dangereux pour le dynamisme économique de la partie orientale.

De plus, ces dernières années, les grèves, les manifestations et les conflits sociaux ont repris de plus belle ; la mise en place d’une nouvelle constitution a cristallisé les revendications des différentes régions, et des différents secteurs sociaux, soit pour acquérir plus d’avantages encore, soit pour bloquer des réformes qui seraient trop à leur désavantage.